Quel modèle de représentation de l'espace serait en adéquation avec nos flux contemporains? Quelle géométrie intègre trous noirs, multivers ou physique quantique? Ce sont ces questions qui sous-tendent le travail de Noémie Goldberg. Avec ses installations éphémères in situ, elle pose à même les lieux des "space catcher", des pièges à faire surgir des géométries inédites, des dimensions cachées dans la multitude de l'espace. Ces propositions génèrent des espaces autres, de nature à faire chanceler nos positions spatiales et par voie de conséquence nos protocoles mentaux, nos modèles usuels de représentation. Ce faisant, émergent des lieux inusités, proposant de nouvelles circulations et de nouvelles configurations du regard, jusque là inconçues .

One question arises as quantum physics and multiverse inseminate our contemporary thinking : how does one represents space given a spatial paradigma modified, yet unthinkable. The ephemeral installations of Noemie Goldberg bring about a kind of oragnised chaos, positions stagger, as do their spatial protocole. Suddenly one finds oneself reinventing the space, drawing out new configurations where new circulations appear whilst old ones remain, new visual constructions arise, creating undiscovered emerging places.